Nous avons vu dans un autre article (cf : les parents sont parfaits) que nous nous incarnons pour expérimenter des choses précises et que nous choisissons la famille dans laquelle nous nous incarnons afin de travailler sur certaines situations. J’aimerais toutefois préciser certaines phases liées à l’affirmation de soi et à la liberté d’être. Dans les premiers instants de notre incarnation, nous sommes ravis d’être nous-mêmes, des entités indépendantes de nos parents, frères et sœurs. Nous sommes « nous-mêmes ». Puis, rapidement, nous nous rendons compte que nous ne pouvons pas rester nous-mêmes parce que, pour plaire à maman, à papa, et à tout ce monde qui nous entoure, nous devons modifier qui nous sommes pour ne pas être « rejetés », puisque nous avons tous besoin d’être aimés. L’amour étant le but premier de l’incarnation, c’est ce que nous recherchons… Dans cette phase, nous commençons à ressentir de l’inconfort. La 3ème phase est celle de la « rébellion », avec des périodes de crises, de colères, de pleurs etc., car l’inconfort que nous ressentons est de plus en plus important et que nous nous éloignons toujours plus de qui nous sommes. Cette phase est représentative des colères des enfants… Toutefois, certaines personnes restent dans cette phase car elles ne peuvent « embrayer » pour passer dans la phase suivante. Cette dernière phase est celle de l’affirmation de soi. Durant cette phase, nous acceptons de prendre notre place, de ne pas être aimés de tous, voire d’être le « chat noir » de la famille, l’anticonformiste. Et c’est là aussi le rôle que nous avons choisi d’endosser. Il y a les lignées maternelle et paternelle dans lesquelles il peut se passer « toujours les mêmes choses », personne ne pouvant faire « exploser les convictions » des uns et des autres. Puis arrive ce fameux « chat noir » qui va faire voler en éclat toutes les idées préconçues pour faire évoluer les mentalités. Le but de tout ceci bien entendu est de s’ouvrir à l’amour inconditionnel, d’aider chacun à avancer, à évoluer. Par exemple : quelqu’un qui va s’incarner dans une famille de cartésiens et va être hyper spirituel, un autre aura choisi de s’incarner dans une famille hyper conservatrice et « bigote » et sera homosexuel, un autre dans une famille « non-tolérante » aura un(e) partenaire d’une autre religion/origine ethnique. Ce n’est pas forcément le cas de tous, mais l’affirmation de soi passe par le fait d’accepter sa singularité. C’est un acte très courageux. Pour ma part, je pense avoir cette fonction de « poil à gratter » car j’ai bousculé ma famille dans de nombreux de domaines ! Au début, ça pouvait faire très mal (vous vous souvenez, quand on se raccroche à quelque chose qui ne « sert » plus, ça peut faire très mal). Maintenant, ils sont presque habitués à ce que je sois là où ils ne m’attendent pas. Il m’arrive de leur dire : « j’ai un truc à vous dire » ou « j’ai un projet » et ils en plaisantent en me répondant : « oh la la, qu’est-ce que tu vas ENCORE nous faire » ! Ce n’est pas que je recherche spécialement à être hors norme, mais c’est une de mes « fonctions », afin d’ouvrir les esprits et surtout les cœurs… c’est sans doute pour cela que j’ai été dotée d’un grand courage et d’une force morale hors norme ! Si tu te retrouves dans cette fin d’article, tu vois, tu n’es pas seul(e) ! Le bien-être passe par l’affirmation de soi. Donc ceux qui bloquent à la phase 3 ou qui sont, un peu frileux, au début de la phase 4, je suis là pour vous accompagner afin que vous déployiez vos ailes !

Pin It on Pinterest

Share This