En ce week-end de Pâques, une notion est très importante, non seulement pour les Chrétiens, mais pour tous les représentants de l’espèce humaine.

Il s’agit de la notion de Pardon. 

Se pardonner ou pardonner à l’autre ça signifie quoi exactement ? Est-ce que c’est faire preuve de grandeur, de magnanimité ?

En fait, pardonner et se pardonner (en premier lieu), c’est une chose très égoïste dans l’absolu.

C’est s’autoriser à :

→ avancer

→ ne plus se pourrir la vie avec tout ce (et tous ceux) qui nous a (ont) fait du mal, a (ont) généré de la souffrance, des blessures, des peurs

→ s’affranchir de la culpabilité et de la culpabilisation => avoir des relations plus saines avec soi et les autres

→ se libérer très clairement des lourdeurs du passé

→ s’offrir le droit de se créer une meilleure vie en fonction de ses aspirations réelles

En effet, à partir du moment où l’on se pardonne à soi-même toutes les erreurs commises précédemment, les blessures faites à d’autres, les moments où l’on ne s’est pas choisi “pour de mauvaises raisons” et où l’on pardonne à l’autre tous ses comportements blessants, on avance LIBREMENT dans la Vie. 

Il n’y a aucune loyauté à continuer de vivre avec le fardeau de nos émotions négatives. 

Le jour où l’on décide de (se) pardonner est le début de la Vie que l’on veut se créer, que l’on a toujours rêvée, car sur tous les plans, les événements se mettent en place pour que ça se fasse. C’est une véritable renaissance.

En conséquence, on est plus heureux et on attire davantage de bonheur(s) à soi et on en distribue tout autant, apportant au Monde sa pierre à l’édifice, dans les changements qu’on veut y voir.

Alors ? Et vous ? Où en êtes-vous avec le Pardon ? 

 

Pin It on Pinterest

Share This